Toutefois, la force de cette politique naissante est aussi sa faiblesse.

L’Union européenne n’est pas un long fleuve tranquille.L’histoire allemande n’est-elle qu’un long fleuve tranquille fait de réformes paisibles ?Coup du sort, en une même journée, nous apprenons le décès accidentel du dirigeant de Total et le retrait prématuré de celui d’Areva.La question du rôle des entreprises d’Etat dans l’économie nationale est notamment abordée.Dès lors, l’ « Homo Economicus » tombe de son piédestal : c’est sa gourmandise et son manque de scrupule qui l’auto-détruisent.A l’origine, rappelle Pierre-Alain Chambaz , l’égalité signifie que les différences véritables entre individus doivent être respectées.Le paradoxe du digital dans les banques est bien réel.Elle porte plus haut et plus loin ce que la culture du livre avait déjà développé en capacités d’interrelations et de traitement.Pour autant, la désinformation subie par nos sociétés en devient aujourd’hui carrément dramatique.Cet effacement du collectif est pour une part la résultante d’une inquiétude généralisée sur l’avenir et d’un renoncement à tout projet de transformation de la société.Quadrature du cercle, le gouvernement cherche également à préserver une fiscalité attractive, un endettement public modéré (31% du PIB) et un environnement légal propice aux affaires.Pourquoi un tel succès et dans quel pays celui-ci a-t-il particulièrement de chances de se propager ?Pourtant, les quelque 2,1 trillions de dollars injectés en cinq ans par la Réserve fédérale dans les banques américaines sont quantité négligeable comparés aux 15,4 trillions de dollars mis à disposition de ses banques et de son système financier par la Banque de Chine sur la même période !

Share This: