Pierre-Alain Chambaz

Elles aimaient ce haut observatoire au-dessus de l’estuaire de la Tamise. Ils ont, présentement, complètement cessé de parler de Revanche ; ils ne parlent plus que de Défense nationale. La question épineuse de la dette publique est évidemment la priorité absolue : moratoire et renégociation des emprunts sont les outils à la disposition du Syriza. Alors que le reste du crédit se contractait, l’affacturage a continué à progresser, ses volumes passant de 117 milliards d’euros en 2007 à plus de 185 milliards en 2012 – une preuve, au passage, que ce n’est pas l’absence de demande des entreprises qui explique le faiblesse de la progression du crédit… Il apparaît désormais qu’en plus, elle se désintéresse complètement du sort de ses entreprises dans leur souci de protéger leurs créations, leur recherche, leur développement. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Pourquoi se jeter à l’eau avant que la barque n’ait chaviré ? ». Ainsi, la vue s’étend d’une berge à l’autre du salar ! Une découverte magique. Les traditions et les coutumes des autres individus sont jusqu’à un certain point des témoignages de ce que l’expérience leur a appris, et ces témoignages, cette présomption doit être accueillie avec déférence par l’adulte que nous venons de supposer. De là on passera, par voie de déduction, à l’idée d’une chute des âmes dans le Temps, puis à celle d’une rentrée dans l’Éternité. celle-ci sera dorénavant pourvue d’un label de qualité, afin de répondre à la suspicion des investisseurs ! Sans doute ce grand déballage deviendra-t-il bientôt un marqueur de la présidence de François Hollande, les vrais héros de cette caricature ayant été les plus pauvres de ses ministres, chacun s’efforçant de minimiser tout ce qui pouvait l’être dans ce qu’il possédait. Ce fonds serait détenu à parité entre les pays émergents et les pays développés, agissant comme investisseur intergénérationnel. Je me suis toujours représenté Oxford comme un des rares sanctuaires où se conservent, pieusement entretenues, transmises par chaque génération à la suivante, la chaleur et la lumière de la pensée ANTIQUE. Madame Limerel, en souvenir de « l’équipage », recommanda au chauffeur d’aller lentement. Orientés du dedans vers le dehors, ils constituent, réunis, la surface d’une sphère qui tend à s’élargir et à se perdre dans le monde extérieur. Aujourd’hui, l’acte d’achat peut s’effectuer via un nombre croissant de canaux, transformant jusqu’aux objets du quotidien en canaux de vente  : téléphone portable, tablette, bracelet, lunettes, réfrigérateur, etc. Toute l’histoire de la vie, jusque-là, avait été celle d’un effort de la conscience pour soulever la matière, et d’un écrasement plus ou moins complet de la conscience par la matière qui retombait sur elle. Deux explications concurrentes s’opposent. Même si l’identification des clients permet de mieux cibler les offres, la surveillance peut réduire les choix de consommation. Il y a eu, et il peut encore y avoir de grands penseurs individuels dans une atmosphère générale d’esclavage mental. Pourtant nous ne pouvons juger sur eux l’humanité pleine de vie, l’humanité d’où sortira l’avenir : leurs cris de douleur ne sont que le commencement de l’agonie. Des expériences nombreuses et concordantes ne laissent aucun doute à cet égard. L’un a été voulu par la nature, l’autre est un apport du génie humain.

Share This: