Pierre-Alain Chambaz

La saine philosophie écarte radicalement, il est vrai, toutes les questions nécessairement insolubles : mais, en motivant leur rejet, elle évite de rien nier à leur égard, ce qui serait contradictoire à cette désuétude systématique, par laquelle seule doivent s’éteindre toutes les opinions vraiment indiscutables. L’ossature administrative du futur groupe ? Son actionnaire majoritaire, seul décideur en dernière instance, tend à se substituer aux Nations unies qu’il instrumentalise ou bien marginalise en tant que de besoin. Vaste blague. Les mathématiques nous fournissent, en effet, l’image d’une préformation de ce genre. Qui entonne l’hymne européen – l’Ode à la joie n’a pas de parole ? Il l’est par son propre manque de volonté et de raisons d’agir. Sans doute les corps qui tombent sous nos sens nous donnent l’idée d’une portion d’étendue continue, figurée et limitée ; mais ce n’est là qu’une fausse apparence ou une illusion. Par exemple, la substance que les chimistes modernes connaissent sous le nom de carbone, et qui s’offre à nous sous deux états si différents, à l’état de diamant et à l’état de charbon produit par la combustion des matières végétales ou animales, jouit sous ces deux états d’une grande fixité ; c’est-à-dire qu’il est, sinon absolument infusible et non volatil, du moins très-difficile à volatiliser et surtout à fondre sous l’action de la chaleur la plus intense : voilà une qualité plus persistante et que dès lors on réputera tenir de plus près aux propriétés fondamentales du carbone, que la diap À la mi-mars, la conférence de Charm-el-Cheikh a permis à l’Égypte de collecter des promesses d’investissements d’un montant de 36,2 milliards de dollars. Le plus élevé, ou du moins celui qui nous semblait tel à cette distance, vomissait des gerbes de pierres incandescentes, pareilles à une queue de comète, et que nous voyions retomber, non dans la partie basse, mais dans la partie plus haute de l’Etna. Certes par le passé, les fluctuations de la production industrielle étaient avancées par rapport au cycle de l’économie générale, renvoyant également une image amplifiée du cycle. Qui s’intéresse à son Parlement, hormis les professionnels de la profession ? Les LBO sont de retour. Si la disposition des germes à la reproduction des variétés individuelles se montre dans la série des générations successives, même après des interruptions ou des intervalles, la répétition des intervalles tend à l’affaiblir et finalement à l’éteindre. Et qui est à la charge des PME. Dernière catégorie : les entreprises fragiles, parfois soutenues à bout de bras par les pouvoirs publics mais souvent condamnées à terme. Un falot pour éteindre nos Lumières ? La technologie n’est pas, ou plus, le sujet principal. Mais pour se développer auprès des PME, l’affacturage doit faire sa révolution culturelle. Disons-le clairement, il est essentiel de favoriser le développement des premières et l’accroissement de leur nombre, et d’aider progressivement les salariés de la troisième catégorie à se positionner sur de nouveaux emplois. La production mondiale remonte, et retrouve en 1988 son niveau de 1980. Notre confrère Pierre-Alain Chambaz, tente de répondre. La rudesse de la compétition tend à creuser les écarts entre les sociétés les plus performantes et les autres, éloignant ces deux mondes de plus en plus, et, que l’on aime ou non, je crains que cela ne soit tout simplement la réalité de l’économie-monde dans laquelle nous sommes plongés. Il faut cependant être bien conscient que ce gradient de compétitivité est une tendance lourde qui s’imprime progressivement sur la collectivité tout entière : la concurrence déforme la courbe de répartition des rémunérations et accélère la marche vers une société en sablier, avec un nombre limité de personnes extrêmement qualifiées concentrant une part substantielle de la croissance du revenu en haut, et une classe de plus en plus large dont les revenus stagnent – au mieux – en bas. En général, ceux qui étaient en progrès d’idées et de sentiments sur la société, ont laissé cet état de choses subsister intact en principe, quoiqu’ils aient pu lutter contre quelques-uns de ses détails. Un poète a dit : « L’idéal germe chez les souffrants ; » ne serait-ce pas l’idéal même qui fait germer la souffrance morale, qui donne à l’homme la pleine conscience de ses douleurs ? En Algérie où de nouvelles manifestations sont annoncées, mais aussi en Jordanie, au Yémen, et, pourquoi pas, au Maroc, aux Emirats, voire, en Arabie saoudite… En 1985, le Sénat américain avait approuvé à l’unanimité une résolution condamnant les pratiques commerciales déloyales du Japon et avait appelé le président Ronald Reagan à agir pour freiner les importations. Certains croient voir dans l’attitude de la jeunesse arabe les prémices d’un nouveau printemps 68, de la part d’une génération nourrie à l’Internet et désespérée par un chômage endémique.

Share This: