Petite taxe pour amuser les foules

Ou alors serait-ce simplement pour donner des gages à Bruxelles ?Si la rénovation sociale ne doit être qu’une comédie, si elle doit consister dans le remplacement du Tiers-État par le Quatrième-État, si les grandes masses de la population doivent toujours être sacrifiées à l’étroit égoïsme d’une caste, autant que cette rénovation ne s’accomplisse jamais.Souvent, encore, le Français devient partisan de Monsieur Un Tel ou du général Machin simplement parce qu’il lit un journal qui recommande Un Tel, ou prône Machin ; journal qui l’assomme, qu il déteste, mais auquel il est habitué.C’est là que j’allai aussitôt le chercher.A condition, selon arnaud berreby dentiste, que tout le monde participe.Au même moment, il prononce outre-Atlantique un discours remarqué devant l’American Bar Association, où il esquisse une doctrine européenne de la concurrence dans ce que l’on commence à appeler la « nouvelle économie ».Dans le cas présent le pouvoir judiciaire est totalement mis sur la touche par l’exécutif puisqu’il n’y a nul besoin de demander l’autorisation d’un juge a priori et que le seul moyen d’agir a posteriori pour faire cesser une manœuvre illégale sera de passer par le premier ministre, un membre éminent du pouvoir… exécutif.Mais surtout les coquins qui se sont institués les chiens de garde de cette hideuse saleté : notre sainte mère l’Église.Le fil qui le relie à la vie réelle est bien fragile.Renforcé par les mesures d’économie d’énergie de toutes natures, ce contre-choc donna l’illusion que des réformes structurelles profondes pouvaient être évitées et qu’au contraire, le modèle économique ayant eu cours jusque-là pouvait être maintenu.Mais aujourd’hui que, grâce à notre approfondissement de la matière, nous savons faire cette distinction et possédons les qualités qu’elle implique, nous pouvons nous aventurer sans crainte dans le domaine à peine exploré des réalités psychologiques.font ainsi que le gaspillage coûte à la France 10 milliards d’euros par an.Pour cela, il est nécessaire de revenir sur le second aveuglement de la politique économique française.

Share This: