Oser la vraie transparence

Aujourd’hui, c’est l’Europe qui se retrouve dans une telle situation.Elle ne lâcha pas ce sou ; sortant d’un évanouissement, mourante, elle rouvrit sa main bien fermée et tendit à sa mère l’humble sou dont elle ne se figurait pas le peu de valeur, en lui disant « Je ne l’ai pas perdu.Dans l’immédiat, ils vont surtout servir au gouvernement pour faire pression sur les lobbies et faire passer certaines dérégulations.Tu me montres une assemblée qui crie, et il y a simplement un chien qui aboie.Quels sont, d’autre part, les moments où notre conscience atteint le plus de vivacité ?En réalité, ces deux sens du mot « corrélation» interfèrent souvent ensemble dans l’esprit du biologiste, tout comme ceux du terme « adaptation ».Mais quelques éléments factuels méritent au préalable d’être rappelés pour éviter que n’y prospèrent les idées reçues.Nous n’apercevons extérieurement que certains signes de la passion.— Je me trouve ici en pleine période électorale.En préparant le monde au retrait graduel des QE, la Réserve fédérale fait parvenir au monde un message inopportun et prématuré.Cette explication peut être acceptée dans les limites où l’enferment plusieurs des auteurs qui la proposent.Pour que l’exagération soit comique, il faut qu’elle n’apparaisse pas comme le but, mais comme un simple moyen dont le dessinateur se sert pour rendre manifestes à nos yeux les contorsions qu’il voit se préparer dans la nature.Il ne faut pas croire que les souvenirs logés au fond de la mémoire y restent inertes et indifférents. Pour lui, le tournant majeur de cette quête se situe en 1962/1965 au moment où Jean-Thomas Trojani publie « Les Choses » et où la possession de biens matériels facilitant la vie quotidienne devient source de bonheur. S’il coule de source qu’un privé ou qu’une famille bénéficierait pleinement de l’appréciation de son bien immobilier, on voit difficilement comment la hausse du marché immobilier pourrait bien profiter à l’ensemble de la collectivité ?

Share This: