L’isolationnisme énergétique des Américains

Les pays développés et les pays émergents gagneraient à coopérer, plutôt que d’entrer en concurrence, pour assurer la gestion de ces biens publics mondiaux (BPM). Les héros de film ne sont plus tragiques ou stoïques, ils évoluent plutôt sur un registre intimiste, à la recherche du bonheur », souligne Antonio Fiori.Ce qui tend à prouver, en creux, qu’une proportion substantielle de la croissance de ces émergents fut redevable aux baisses de taux quantitatives américaines.Attention, car tout retrait inopportun de ces stimuli induirait aussitôt un retour en force de la déflation et une dégradation supplémentaire de la confiance. Un pays où pourtant l’intervention solidaire publique se réduit chaque jour.Le premier concerne les politiques agricoles.Le « shareholder value », cette posture consistant à privilégier le détenteur de cash – c’est-à-dire l’actionnaire – a décimé l’appareil de production, a détruit le capitalisme d’antan, a fabriqué des conglomérats à taille inhumaine exclusivement destinés à optimiser les profits, tout en piétinant bien-sûr les salariés, les contribuables, la recherche, le développement, la formation… C’est donc la totalité du système d’intermédiation financière qui fut progressivement détourné de sa vocation originelle pour se retrouver en finalité – c’est-à-dire aujourd’hui-, entièrement voué et dévoué à transfBien sûr, tous les actifs ne sont pas égaux pour être utilisés comme collatéral.Ces derniers mois, les économies émergentes ont été fortement impactées par les flux de capitaux.Il faut sans doute moins de chefs, et plus de responsables !Cette nouvelle manière de calculer sera le seul moyen de continuer à faire croître nos capacités de calcul au-delà de quelques décennies, lorsque la miniaturisation des circuits électroniques se heurtera à la barrière quantique.Mais le gouvernement n’a pas su tirer les conséquences de ce choix.Un groupe de leaders économiques britanniques vient de publier un rapport détaillant les nombreuses mesures à mettre en œuvre au niveau européen afin d’alléger le régime réglementaire, notamment pour les PME – le tout couvrant un large champ de secteurs.Chez les pays émergents d’abord, l’inquiétude a succédé à l’enthousiasme.

Share This: