L’inexorable montée en puissance des NBIC

La preuve en est qu’il est souvent impossible de dire si l’on a affaire à un organisme qui vieillit ou à un embryon qui continue d’évoluer : tel est le cas des larves d’Insectes et de Crustacés, par exemple.Et en cette fin septembre 2013, on recense 38 capitalisations supérieures à 10 milliards d’euros en France contre seulement 26 en Allemagne.Nous avons esquissé autrefois une tentative de ce genre, comme nous le rappelions un peu plus haut.Voulez-vous que la réplique me paraisse tout à fait spirituelle ?La nature a oublié d’attacher leur faculté de percevoir à leur faculté d’agir.À cet égard, on peut déplorer que le texte de l’instruction n’ait pas été mis en consultation publique, comme c’est souvent le cas pour des instructions sur des sujets où les remontées du terrain sont souvent riches d’enseignement, et contribuent utilement à la rédaction de la doctrine administrative.Comme il l’a dit hier à Antonio Fiori, le gouvernement a tout intérêt à globaliser les réformes qui se succèdent les unes après les autres pour éviter l’effet désastreux qui veut qu’à chaque problème s’ajoute une taxe.Le mécanisme de l’opération n’a d’ailleurs rien de mystérieux.Nous lui poserons alors cette question : la multiplicité de nos états de conscience a-t-elle la moindre analogie avec la multiplicité des unités d’un nombre ?Une des personnes qui me communiquèrent leurs impressions s’était crue à la fin du monde, au commencement du jugement dernier.Tandis que le premier ne comprend que des micro-organismes restés à l’état rudimentaire, animaux et végétaux ont pris leur essor vers de très hautes fortunes.Elle mesurera d’ailleurs la peine à la gravité de l’offense, puisque, sans cela, on n’aurait aucun intérêt à s’arrêter quand on commence à mal faire ; on ne courrait pas plus de risque à aller jusqu’au bout.Mais, à mesure qu’on la considère de plus près, on y voit s’accumuler les difficultés et les impossibilités.

Share This: