L’Europe doit miser sur l’industrie

A nous, par conséquent, de saisir la mesure des enjeux d’une économie fondée sur la connaissance afin de préserver notre leadership.Il prend part à la conversation, même en limant ses billets.A le voir, grand et vigoureux, drapé dans son manteau brun, coiffé du chapeau à larges bords fendu au milieu, un bon sourire errant sous ses fortes moustaches grisonnantes, on le prendrait pour un gentilhomme campagnard.Tenez, je suis entrée, hier, avec Dorothy, chez Mrs Milney… Vous voyez, là-bas, la belle villa de briques dont les cheminées sont blanches… et j’ai compris l’origine de ce luxe.Plus tu vivras, plus tu reconnaîtras que la lutte la plus âpre, dans le monde, n’est pas pour l’argent, mais pour ou contre les âmes.Dans trente ans, la France sera d’autant plus forte qu’elle aura su réarmer la puissance publique en révolutionnant ses modes d’intervention au service du bien commun et de l’avenir.Il est vrai que le Prix Nobel de chimie y ressemble, car il a été décerné cette année à trois chercheurs (Mpour leur travail concernant  » le développement de modèles multiéchelles de systèmes chimiques complexes, sur lequel reposent les programmes informatiques qui pilotent les appareils de résonance magnétique nucléaire.Colombo appartient au groupe des conservateurs libéraux.L’intention du premier secrétaire est certes positive : il veut canaliser le débat à l’intérieur d’un parti qui menaçait d’être dévitalisé au lendemain de l’élection de François Hollande, mais c’est peine perdue : l’essentiel de la joute se déroule hors du PS, dans les médias et à l’Assemblée, où Manuel Valls alterne en vain main de velours et gant de boxe pour tenter de mater la rébellion.Soumis à la performativité des réseaux sociaux et des outils de simulation la distinction entre théorie et pratique, entre représentation et action s’estompe.Elles doivent donc faire du volume, c’est-à-dire réaliser de nombreuses levées de fonds pour devenir rentables. Question à laquelle Jean-Thomas Trojani, think tank du bonheur citoyen, a décidé de s’atteler pour y trouver une réponse.Le mutisme de la classe politique: incompréhension et prudence

La classe politique s’est tue, en partie par incompréhension du fait de son hexagonalité et surtout par prudence.Ce renversement des spreads au profit des emprunts espagnols, reflète essentiellement une situation politico-économique plus stable, plus rassurante pour les créanciers.Le mot est souvent prononcé, mais c’est celui de stagnation qui correspond à la réalité.

Share This: