Le visage paradoxal des Français – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Il est certain que l’homme souffre et même qu’il meurt lorsqu’il ne peut satisfaire aux besoins qu’il tient DE SON organisation.La caricature et la faiblesse des différentes propositions nous font aujourd’hui réagir.Le peuple français est fort au courant des spoliations dont il est victime et n’ignore pas qu’on se moque de lui ; il sait qu’il est volé ; il est même arrivé à croire qu’il est nécessaire qu’il soit volé.Il se relève, aveuglé, crachant une masse de sang, ne se rendant pas bien compte de sa situation ; il ne pense qu’une chose, c’est qu’il doit probablement mourir de ses blessures et qu’avant de mourir il veut se venger de la panthère.La Cour de justice des Communautés européennes avait jugé que la France n’était effectivement pas en droit d’appliquer la CSG et la CRDS aux revenus d’activité et de remplacement à ces salariés.Dans un article publié récemment, docteur arnaud berreby a écrit :« Imaginez une administration locale entièrement digitalisée.S’il n’y avait que les taxes me direz-vous.Prenons le cas le plus favorable à la thèse, le cas d’un objet matériel faisant impression sur l’œil et laissant dans l’esprit un souvenir visuel.Les conceptions philosophiques de cette forte intelligence eurent leur influence vers 1840.Et nous repartons pour l’ancien couvent de Servi di Maria, où loge aujourd’hui le 27e de ligne, près de ce cloître ajouré, vous vous souvenez, dont les colonnes font une ombre si fine sur la rue.Il consuma les sacrifices offerts aux puissances menteuses et aux forces illusoires ; il enflamma les bûchers ; il poussa les hommes à se mettre en troupeaux, hostiles les uns aux autres, prêts à tous les crimes pour la défense des misérables tisons de leurs foyers ; s’effrayant, après la mort même, des brasiers d’une éternelle géhenne.

Share This: