Le doute nécessaire

Le tronc, le plus souvent, ne brûlait pas, et se couchait sous le torrent… Il m’est arrivé, les nuits suivantes, de regarder, de Catane, vers le point où j’étais ainsi monté.La grande salle de la Pergola est toute pleine.En effet nous sommes soumis à une telle masse de produits disponibles et à un tel nombre d’intervenants et d’intermédiaires que la perte d’information est considérable.Là où les initiatives étatiques ont montré leurs limites, il y a un espace considérable qui s’ouvre pour les initiatives au niveau des sociétés civiles, de la jeunesse, des femmes, des entreprises ou des collectivités locales.Et des limites devraient être établies pour éviter des retraits excessifs en direction des dépenses courantes.Cela leur permet de faire le noble, fare il nobile, de saluer et d’être salués.La solution, Arnaud de Lummen le sait, c’est qu’une instance – au-dessus de ces différences – fasse loi.C’étaient quelques grandes dames qui avaient leur habitation aux environs, des baigneuses installées pour l’été dans les villas de la côte, de vieilles filles pauvres, errantes et dignes, comme il en abonde en Angleterre, et qui venaient de Westgate, de Birchington, de Minster, de Deal, d’autres coins encore de ce Kent réputé pour son climat tiède et pour son air excitant et léger.Marie Limerel aurait voulu qu’il la regardât, en ce moment, et qu’il comprît combien elle l’approuvait.Belle philosophie, qui ne se bornait point à des connaissances spéculatives, mais à l’exercice de la sincérité !Les tensions s’accumulent et les risques de dérapages sont réels.» ou encore d’étranges énergies humaines qui s’étalent au jour, par exemple, dans les lettres de papier d’or, collées sur un ruban noir, et qui pendent là-bas, aux deux bras d’une croix.Dans un nouvel opus écrit à la pointe de l’épée, la députée européenne Sylvie Goulard (MoDem) lance une charge sans pitié contre les dirigeants européens : les chefs de gouvernement, mais aussi ceux qui ont la charge des institutions communes, qu’elle accuse de dilapider l’héritage de soixante années de construction européenne.Est-ce possible ?Le décrochage des actifs, des marchés et des monnaies des émergents est donc aujourd’hui susceptible de se transformer en une perte de confiance généralisée envers ces pays (une fois de plus : comme en Europe périphérique).Ces facteurs actuels de stabilisation ne sont pourtant susceptibles d’offrir à l’euro qu’un répit illusoire de quelques mois.Si le système correspond sans doute à l’équilibre des pouvoirs voulu par les Pères fondateurs, il mène droit au blocage dès lors que règne un contexte d’intransigeance idéologique.Ce serait le plus grand des biens que nous demanderions au Ciel; et, quand il aurait rempli nos vœux, nous nous croirions aussi heureux que s’il nous avait créés avec plusieurs âmes pour veiller sur notre faible et misérable machine.

Share This: