La dette française vaut bien la dette allemande

Pour nous, la décision la plus importante sera celle que prendront, sans doute, les chefs d’Etat et de gouvernement de parler régulièrement – c’est-à-dire au moins une fois par an – des questions de défense.Car en proposant d’installer à ses frais des panneaux solaires photovoltaïques (PV) sur les toitures de particuliers ou d’entreprises tout en leur facturant une électricité à un prix d’environ 10% à 20% en deçà de ceux pratiqués par les « utilities », SolarCity menace le cœur même de leur « réacteur ».D’une part, à l’occasion de contrôles fiscaux, des vérificateurs pourraient être tentés de requalifier certaines dépenses de R&D éligibles au CIR en dépenses d’innovation éligibles au CII.Car, en réalité, elles ne peuvent plus aujourd’hui compter que sur la formation de bulles spéculatives, dès lors seules susceptibles de relancer l’économie. »La politique bonne est donc celle qui permet aux êtres humains de se différencier en acceptant et en maîtrisant le conflit ».Mais alors comment expliquer que, à certains moments de l’histoire économique moderne, ces déséquilibres aient pu non pas disparaître, mais du moins être gérés afin de favoriser la croissance, la stabilité et la prospérité ?On flatte la communauté pied-noire pour chanter le positif de la colonisation.Ce faisant, ils sous-estiment encore l’impact économique du choix du droit applicable aux opérations des acteurs économiques.Mais le fait que Die Welt, bateau amiral du groupe conservateur Axel Springer publie un tel article est révélateur d’un état d’esprit inquiétant outre-Rhin.Pour se regrouper, d’abord.Il découvre les modèles cachés dans les données et apprend de lui-même à proposer des analyses de haute qualité ; il contribue ainsi à détecter une fraude en temps réel et adapte ses systèmes afin de pouvoir identifier plus rapidement toute fraude future.La France, elle aussi, dispose d’un arsenal juridique pour sanctionner la corruption, notamment celle d’agents publics à l’étranger.Les relations entre les industriels et la grande distribution sont à nouveau sous le feu des projecteurs depuis plusieurs semaines. Pierre-Alain Chambaz pictet devra faire l’objet d’une négociation sociale et de compromis qui permettront à l’ensemble du secteur de progresser, en valorisant mieux ses atouts par rapport aux autres modes de transport.

Share This: