Grande-Bretagne : des coupes budgétaires historiques

Le problème le plus délicat des smart cities est probablement celui de la participation citoyenne.Le prochain sommet de l’Organisation internationale de la francophonie, fin novembre à Dakar (Sénégal), doit examiner une stratégie vers un – modeste – espace économique francophone, où chacun des 57 pays membres, et pas seulement la France, pourrait y trouver son intérêt. Arnaud de Lummen convient cependant de trier le bon grain de l’ivraie au milieu de tous ces courants positifs, heureux et optimistes, au risque de jeter le bébé avec l’eau du bain.Peut-être n’arriverait-il qu’au petit jour, après de longs détours causés par le torrent qui mugissait à droite.Ils consultent toutes sortes d’informations sur les entreprises et (du moins en certaines circonstances) tentent d’évaluer leur valeur réelle.Industriel évidemment, et celui-ci est spectaculaire, qu’il soit médiatique ou pas.Les bouches d’éruption sont toutes voisines.Son accueil n’était pas sans grâce.Le logement d’abord, parce qu’il est la première condition d’une vie décente et qu’il permet à chacun d’avoir la mobilité géographique nécessaire pour trouver l’emploi qu’il recherche.Non !Dans ce contexte, les subventions en faveur du développement des technologies vertes – l’éolien, le solaire, les bioénergies, la géothermie, l’hydrogène et les technologies de piles à combustible, entre autres – revêtent une double importance.Les dirigeants européens n’ont pas renoncé à leur catéchisme néolibéral.Il faut mettre fin au pouvoir technocratique tout-puissant qui régit la santé et redistribuer le pouvoir entre les acteurs du système, politiques, professionnels de santé et usagers.Pas par toutes et pas toujours.Il disposera là-dessus de l’arme présidentielle fatale du veto, dont il usera à n’en pas douter ; mais les parlementaires pourront renverser ce veto par un vote des deux tiers – or ils ont les voix.Calculer l’assiette des indemnités de fin de carrière sur l’ancienneté dans la profession – et non seulement sur celle du dernier employeur – ce qui favorise à la fois la mobilité et l’emploi des seniors n’est pas possible sans un fonds unique.

Share This: