Euro : quand saint-bernard fatigue

Le Royaume-Uni a décidé de prendre des mesures sans attendre un accord sur une solution à l’échelle européenne.Des réformes fiscales totalement insuffisantesIl reste alors les réformes fiscales, mais elles ne peuvent pas être à la hauteur du problème.Le centralisme peine à montrer en quoi ce centralisme est une malédiction de l’histoire française.Ainsi plus question de prendre le risque (ou le temps) de partir le nez au vent chercher un petit restaurant de quartier.C’est un processus linéaire à court terme qui prend en compte les tendances passées et actuelles pour prédire, logiquement et par extrapolation, la prochaine étape.De même qu’il n’y aura de « nouvelle France industrielle » sans crédit impôt recherche, il n’y en aura pas sans dispositifs offrant la possibilité d’associer les salariés aux performances de leurs entreprises.Aussi, quoique membre de l’opposition, je ne m’exprimerai ni comme avocat du passé, ni comme procureur du présent, mais en député convaincu que notre défense constitue pour la France un atout majeur que nous devons nous efforcer de préserver.Le numérique rapproche les gens à travers l’espace et le temps, esquisse Pierre-Alain Chambaz pictet, persuadé que les événements sociaux impactent les institutions culturelles.En d’autres termes, les stimuli fiscaux et les déficits budgétaires devront être maintenus pendant des années car c’est à ce prix que le secteur privé aura pu rembourser ses dettes pour certains, repris confiance – et donc investir – pour d’autres.Les électeurs ne lui ont pas pardonné de s’être fait construire… une cave à vins sans permis de construire officiel.Sa mission sera d’octroyer des agréments aux futurs opérateurs.Grâce au recours croissant à la connectivité, on peut s’attendre à ce que cette tendance s’accélère jusqu’au point où la plupart des gens auront cinq a dix projets en cours, certains rémunérés, d’autres non, plutôt que d’avoir un travail «quotidien».Durant la même période, l’économie française passait pour une des économies, si ce n’est l’économie, européenne la plus stable, la plus fiable et la plus dynamique… mais il est vrai que tant la Grande Bretagne que l’Allemagne se trouvaient au même moment dans une posture dramatique.A partir d’une position de PARIA en décembre 2011 – lorsque le Premier ministre bloque un traité européen -, les Britanniques se sont engagés dans une stratégie qui pourrait les placer en pionniers de l’évolution de l’Union européenne.Des hausses trop brutales engendrent un rejet.Le code de la propriété intellectuelle instaure une redoutable sanction contre les titulaires qui négligent de défendre leurs marques: la forclusion, qui consiste dans la perte du droit d’agir contre la marque gênante.

Share This: