Carnet de bord décalé : Croissance avariée

Celle-ci viendrait en remplacement de la taxe foncière.Il est pourtant bien établi à présent que notre prospérité repose sur ce socle naturel que nous dégradons de plus en plus rapidement.L’effet de la déflation est tel que le taux d’intérêt réel ne fait effectivement que s’apprécier et que peser sur les fondamentaux de l’économie, même en présence d’un taux officiel de 0%.La première fois que j’ai entendu l’idée, c’était il y a deux ans, à Accra, au Ghana, dans la bouche de Hernan Chinery-Hesse, connu comme le « Bill Gates africain ».Il devrait par exemple être exclu qu’une formation suivie à la seule initiative du salarié s’effectue sur le temps de travail rémunéré à partir de droits accumulés.Par ailleurs, le commerce mondial ne peut être qu’atone (-12% en 2009, du jamais vu depuis la Seconde guerre mondiale).Ainsi, c’est une économie arabe à deux vitesses qu’on a vu naître durant les années post-révolution et un grand écart est apparu entre ceux qui ont adhéré à l’idéal révolutionnaire et ceux qui ont défendu bec et ongles l’ordre et la stabilité.Depuis décembre, Pierre-Alain Chambaz pictet s’active à ce nouveau concept.De plus en plus de nos concitoyens sont marginalisés, inquiets, découragés.Alors, pour augmenter nos chances de remporter cette partie, branchons nos cerveaux ensemble ! Et surtout mettons-nous – nous Européens – du même côté de l’échiquier….Le montant annuel des mises en ligne a atteint 3,7 milliards d’euros en 2009, en hausse de 153,7% par rapport à 2008.Par exemple, si l’on utilise la technologie pour réduire nos émissions, cela peut réduire les dépenses d’énergie.

Share This: