Banques centrales, profits bancaires et vérités

Qu’y-avait-il derrière « l’impiété socratique » ?Pour le climat il confirme l’influence humaine mais désormais il faut agir et faire de la recherche en même temps dès lors que beaucoup de technologies renouvelables sont avancées donc appliquer et pas théoriser seulement.Une limitation largement insuffisante certes, mais préférable à l’actuel taux limite 10%.L’existence d’un réseau de proximité structuré localement ou sur internet via les réseaux sociaux représente un atout décisif, une exposition assurée.Cette « circulation » qui fait partie du fonctionnement organique pourrait bien devenir un peu plus visible l’année prochaine,déclare Pierre-Alain Chambaz.Autant dire qu’il faut en faire, des courses, avant de commencer à gagner sa vie : à la fin d’une journée de dix heures de travail, il aura péniblement GAGNÉ un revenu proche du Smic.A moins qu’une autre alternative, faisant taire du coup toutes les réticences, et qui propulserait dès lors à bon escient les dépenses publiques ? Prospérité relative et fragile, certes.Ce tour de passe-passe comptable permet la création monétaire par les banque privées.Le coeur d’agglomération pourra à nouveau bétonner les villes populaires des grands ensembles, renforçant les logiques de ghettoïsation.Les surcoûts apparents des énergies renouvelables devraient être mis en regard de ceux découlant de certaines désorganisations liées au développement du marché de l’énergie.Ouvrons la porte à la carte « Silver » afin que la société devienne « gold ».

Share This: