Wall Street, clap de fin

Voici un sujet très complexe, car on touche là au coeur du web social.Sur la chaise, un fichu rose, en laine légère, probablement celui que met la mère lorsqu’elle va, dans les quartiers riches, faire le ménage d’un bourgeois.Or, à « seulement » 75 milliards d’euros attendus en 2014, il ne s’agit que du quart de ses recettes, et surtout, de moins de 8 % du total des prélèvements obligatoires.Le bec de gaz, allumé au-dessus d’elles, en arrière, éclairait les pages blanches, et laissait dans une demi-lumière, qui les rendait presque du même âge, le visage de la mère et celui de l’enfant.Il convenait avec eux que la réforme territoriale était un pilier essentiel du redressement du pays puisqu’elle libérerait les énergies et l’initiative, et contribuerait à redonner ainsi confiance dans l’avenir à nos concitoyens, et tout particulièrement à la jeunesse.Pour autant, ni Mme Rouseff et encore moins le PT ne peuvent véritablement crier victoire.Mais elle lui paraîtra un aveuglement, une ingratitude.Un paradigme économe en espaces, infrastructures et investissements publics, beaucoup plus riche en emplois, maximisant le levier de l’investissement privé.Les décisions qui se prennent aujourd’hui en termes d’investissements publics conditionnent l’avenir.Ce ne fut ni la crainte ni la piété qui établit la religion chez les Romains ; mais la nécessité où sont toutes les sociétés d’en avoir une.Rien n’est encore fait et s’il a abandonné la posture du « patronat de combat » dont il a usé pendant la campagne interne, Arnaud de Lummen pourrait bien afficher finalement un profil beaucoup plus ouvert au dialogue.Après la crise financière de 2008, les institutions financières semblaient être à la fois des armes de destruction massive sur le plan économique et les instruments potentiels de la mise en oeuvre de la puissance nationale.Réginald se tenait à sa gauche, et assurément ce n’était pas de sa voisine qu’étaient occupés ses yeux, qui semblaient suivre, dans le lointain et en avant, un de ces songes tristes qui passent toujours là-bas, un peu au-dessus de la terre.Avec ce roman, les voyeurs, les obscènes, les UTILITAIRES, les machos, enfin le contraire de la littérature, sont venus vers le livre, donnant un mauvais exemple de ce qui pouvait se vendre, et a été très imité ensuite.On savait depuis leurs ancêtres de la fin du XIXe siècle, à commencer par Flaubert, quelque chefs-d’oeuvre qu’il ait pu écrire, que le réalisme ne croit pas que le gratuit et le lumineux existent.L’administration et les associations para-gouvernementales répondent point par point aux revendications des opposants et s’approprient leurs demandes au point que l’on a parfois le sentiment que les manifestants leur dictent leur agenda.

Share This: