L’inéluctable financiarisation du marché des matières premières

C’est là une idée libérale, et qui n’est pas sans avantages.Il faut qu’elles soient si nombreuses et qu’elles se succèdent à un rythme si rapide qu’on n’en peut retenir aucune et que manque le temps nécessaire à l’examen et à la discussion de chacune d’elles.La tête, un peu inclinée sur l’oreiller, porte l’empreinte d’une paix nouvelle, inconnue à la vie, et derrière, esquissée dans le panneau qui se redresse en forme de muraille, une procession d’anges, les ailes déployées, emporte l’âme dans la lumière.On y retrouve les ancêtres avec leurs modes, leurs rides, leurs verrues ou leur sourire.Elle est le résultat de l’ensemble de toutes les opinions disponibles sur Internet.Nous sommes entrés dans une nouvelle révolution technologique qui bouleverse les connaissances anciennes, nos modes de pensée et d’organisation, et qui va modifier en profondeur non seulement la stratégie mais la nature même des entreprises, les transformant en « objets » nouveaux.N’est-elle pas de dire qu’en matière d’énergie, il est impossible d’avoir une politique « girouette » comme l’illustrent les errements que l’on connaît sur certaines EnR.Ou qu’après avoir failli disparaître, en 1984, elle devint l’un des leaders mondiaux de l’impression fiduciaire.Acteurs de la solidarité, du développement économique, chercheurs, citoyens, nous pensons que l’emploi et la croissance ne suffisent pas à faire disparaître les fléaux qui étouffent notre société : la pauvreté, les inégalités et la stigmatisation des plus fragiles.M.Que de belles choses il verra demain, au grand jour, si le temps est beau !Pour que la défense européenne existe, il faudrait un Etat fédéral.Je compte les rappels.Les villages, sur la route, n’ont pas la mine joyeuse et nette des nôtres, ou de ceux de la Suisse.« Les richesses et les dignités, disait Platon, n’engendrent rien de plus corrompu que la flatterie.Je vivrais mille ans que je vous aimerais mille ans, idéal de mon cœur, unique reine absolue, toute ma pensée, toute mon âme !Intérêt politique ou pas, notre contributeur Arnaud de Lummen, ne voit qu’une solution : la non-ingérence.

Share This: